"Bien que les filles aient rattrapé, puis dépassé le niveau d'éducation des garçons – depuis 1971, les bachelières sont plus nombreuses que les bacheliers et, depuis 1975, les étudiantes sont plus nombreuses que les étudiants –, les inégalités salariales restent importantes : en 2006, dans les entreprises de plus de dix salariés du secteur concurrentiel, la rémunération des femmes était inférieure de 27 % à celle des hommes."

Une étude, publiée dans la revue de l'OFCE (sommaire) montre que "les interruptions de carrière liées à la naissance d'un enfant provoquent de gros retards salariaux, mais surtout que même les femmes qui ne s'arrêtent pas de travailler affichent des salaires inférieurs à ceux des hommes. Comme si le soupçon du désinvestissement professionnel suffisait à ralentir leur carrière."

Lire l'article

Source : Le Monde, 18/08/10

À lire : Dans son dernier ouvrage, Les places et les chances, Repenser la justice sociale, François Dubet aborde cette question de l'égalité des chances (Seuil, 2010).