"À Zurich, comme à Bâle, selon le quotidien Le Temps, l’idée d’imposer des cours d’allemand aux enfants de langue maternelle étrangère fait jaser". Mais pour ses promoteurs, "il s’agit de garantir l’égalité des chances".

Cette idée s'appuie sur un chiffre : "Depuis 2008, les écoliers de langue maternelle non germanophone constituent la majorité des élèves zurichois (50,2 %)."

"Si cet enseignement se fait dans un esprit de jeu, il peut tout à fait représenter une chance pour des enfants dont les parents, notamment dans des milieux défavorisés, sont difficiles à convaincre. C’est à cet âge-là que l’enfant développe une conscience de la langue", note la linguiste Christa Dürscheid. Mais ce projet soulève également des réserves : "Les parents doivent comprendre l’utilité de cette démarche", estime Giuseppe Manno, professeur de didactique.

À partir de 2013, les enfants devraient disposer de deux heures de cours d'allemand par semaine, dès leur troisième anniversaire. 

Lire l'article

Source : Le Temps, 13/10/10