L'adoption du projet de loi 115 sur les "écoles passerelles" le 19 octobre au matin a suscité de nombreuses réactions au Québec. Les députés de l'Assemblée nationale ont adopté sous le bâillon ce projet de loi qui consacre la possibilité pour les élèves francophones et allophones de fréquenter une école en langue anglaise subventionnée, qu'elle soit privée ou publique.

Leurs parents devront cependant accepter de payer leur passage par l’école privée non subventionnée de langue anglaise pendant trois ans, avant d’avoir le droit de fréquenter le secteur public anglophone. Des fonctionnaires du ministère de l’Éducation devront aussi confirmer qu'ils ont bien effectué un "parcours scolaire authentique".

L'opposition reproche au gouvernement d'avoir fait preuve dans cette histoire d'un "à-plat-ventrisme inacceptable". Pour le Premier ministre, la position qui est la sienne est au contraire "pragmatique, juste et équilibrée".

Lire l'article

Source : Radio Canada, 20/10/10