En France, "43 % des élèves ont souvent mal au ventre avant d'aller en classe, 24 % ont le sentiment que le maître les dévalorise et les sanctionne, 31 % pensent qu'il ne s'intéresse pas à eux, et un enfant sur deux pense qu'il ne va pas arriver à faire ce que le maître lui demande, et craint de montrer ses notes à ses parents", selon un sondage publié par l'Association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV). "Les évaluations négatives font naître un sentiment fort d'incompétence", estime le sociologue de l'éducation Pierre Merle. "La personne finit par penser qu'elle est nulle."

Depuis 2005, "les instituteurs sont tenus, pour chaque élève, d'évaluer des dizaines d'aptitudes fines en consignant A pour Acquis, NA pour Non Acquis, EVA pour En Voie d'Acquisition". Cette année, l'usage du livret de compétences s'étend au collège : "Pour la première fois, les élèves qui passent le brevet vont voir leurs compétences prises en compte, en langues étrangères notamment."

Lire l'article

Source : Le Nouvel Observateur, 17/11/10