"Un homme s'était mal conduit vis-à-vis d'un autre qui voulut se venger. Sous le prétexte d'une cueillette de fruits, ce dernier fit grimper son ennemi à un arbre, et l'y abandonna après avoir retiré la perche dont l'autre s'était aidé pour monter." Mais un urubu (vautour-charognard) "réussit à le tirer d'affaire et le ramena chez lui. C'était le maître du tabac. Il possédait deux espèces, l'une bonne et l'autre toxique, dont il fit don à son protégé afin qu'il apprît à fumer la première et utilisât la seconde pour se venger. De retour au village, le héros offrit le mauvais tabac à son persécuteur qui fut pris d'étourdissements et se changea en fourmilier." Dans le deuxième volume des Mythologiques, Claude Lévi-Strauss montre que le tabac était pour les Indiens d'Amérique du Sud un aliment ou un poison selon l'usage que l'on en faisait.

Au Liban, il sera prochainement interdit de fumer "dans les espaces publics fermés, comme les hôpitaux, les transports publics, les écoles… Les restaurants, bars et pubs bénéficieront quant à eux d'un an de répit avant de devoir appliquer l'interdiction. Les cafés et restaurants qui proposent le narguilé devraient au cours de cette année aménager un espace en plein air pour pouvoir poursuivre leur activité".

Source : L'Orient-Le Jour, 18/08/11