Il y a trente ans, l'Assemblée nationale votait l'abolition de la peine de mort en France. Mais aujourd'hui encore, ça continue aux États-Unis, en Chine, en Iran…

Robert Badinter revient dans cet entretien sur le combat qu'il a mené et qu'il continue de mener : "Sur les 194 États que compte l’ONU, 138 sont abolitionnistes, en droit ou en fait. L’abolition est devenue largement majoritaire dans le monde. […] La peine de mort est vouée à disparaître, comme la torture, de toutes les justices dans le monde."

Philippe Maurice a été condamné à mort en 1980 puis gracié par François Mitterrand. En décembre 1995, il a soutenu une thèse de doctorat en histoire médiévale à l'université de Tours : "J'ai commencé à étudier alors que j'avais encore des idées d'évasion en tête. Elles ont disparu au moment de la licence ou de la maîtrise." Il donne aujourd'hui des cours à Sciences Po et à l'École des hautes études en sciences sociales.

"Aucune des valeurs qui sont au cœur du projet francophone, a rappelé Abdou Diouf lors du dernier congrès mondial contre la peine de mort qui s'est tenu en 2010 à Genève, ne pourront jamais justifier que l’on relativise la valeur de la vie humaine au point d’accepter de la supprimer légalement."

Sources : Le Progrès, 18/09/11 ; La Voix du Nord, 18/09/11