"Lorsque Laure Gaudreault a fondé le premier syndicat d'enseignants du Québec, le 2 novembre 1936, il y a 75 ans, une institutrice rurale gagnait environ 200 $ par année, soit quatre fois moins qu'une vendeuse chez Eaton et cinq fois moins que ses collègues masculins. Pour ce salaire, elle rentrait le bois de chauffage dans l'école, allumait le poêle et la lampe à pétrole, enseignait parfois à des enfants de sept niveaux différents et pourvoyait souvent à leurs besoins matériels."

"Une Révolution tranquille, bien des luttes syndicales et bien des réformes plus tard, un enseignant de niveau primaire ou secondaire gagne de 45 000 $ à 72 000 $ par année au Québec, selon son ancienneté."

Mais comme en France, les syndicats ont aujourd'hui du mal à mobiliser.

Lire l'article

Source : Le Devoir, 24/09/11